Émotions de nos Enfants : ce que vous ne savez peut-être pas !

Lorsque l’on devient parent, l’un des nombreux challenges rencontrés – après la fatigue / le sommeil – est de comprendre les émotions de nos enfants.

Qu’a-t-il dit avec son propre langage à lui…?

émotions de nos enfants

Quand il est bébé, on essaie de décrypter ses pleurs.

Quand il grandit, on essaie de comprendre ses nombreux « NON » – sa première période dite « d’opposition » (que certains appellent le « terrible two ») – ainsi que ses nombreuses « tempêtes émotionnelles » (que certains appellent « caprices » ou « cinéma »).

Ce qui est certain, c’est qu’un enfant n’est pas « câblé » de la même manière qu’un adulte. En effet, son cerveau est encore immature : je vous renvoie aux ouvrages de Catherine GUEGUEN (« Pour une enfance heureuse » puis « Vivre heureux avec son enfant ») où toute cette partie « technique » et théorique est vulgarisée (car ce n’est pas l’objet de cet article).

Ce dont j’ai plus précisément envie de vous parler, ce sont vraiment des émotions de nos enfants en tant que telles.

Le sujet des émotions est un sujet qui me tient à cœur car en tant que Maman, ce sont surtout elles qui m’ont laissée le plus perplexe et démunie. Alors j’ai creusé pour en savoir plus.

Aujourd’hui, on trouve facilement des informations sur le sujet : il y a des livres pour les enfants pour les aider à mettre des mots sur ce qu’ils ressentent (« La couleur des émotions », « Gaston La Licorne »), et des livres pour les adultes qui nous expliquent les émotions de nos enfants et comment y faire face (je vous renvoie notamment vers «Au cœur des émotions de l’enfant» d’Isabelle Filliozat).

Au-delà de ces livres, je vais vous dévoiler ce qui m’a LE PLUS AIDÉ à comprendre et à accompagner les émotions de mon enfant.

1- Comprendre mes propres émotions : un apprentissage précieux

En effet, comprendre et accompagner mes propres émotions a été la première étape de mon cheminement personnel.

Ça peut paraître « simple » dis comme ça, mais combien sommes-nous à être complètement « handicapés » émotionnellement parlant ? Je fais partie, et peut-être que vous aussi qui me lisez, d’une génération / d’un milieu où les émotions et la sensibilité restent un sujet tabou, méconnu, qui fait presque un peu peur !

Pourtant en me formant sur le sujet, et en l’expérimentant dans le corps, j’ai pu commencer petit à petit à mettre des mots sur ce qui se passait en moi : sur ce que je ressentais, sur ce qui était vivant en moi. Et surtout j’ai pu commencer à être en capacité de répondre à mes besoins, car les émotions s’éveillent toujours lorsqu’il y a des BESOINS non COMBLÉS en nous. En ce sens, je recommande tout particulièrement de participer à un stage de Communication Non Violente (https://cnvformations.fr/nos-formations/).

Et à partir de là, et SEULEMENT à partir de là, j’ai pu commencer à comprendre et à accompagner les émotions de mon enfant, tout en continuant à comprendre et à accompagner les miennes. Accompagner et s’accompagner, c’est être en capacité de demander et de se demander plusieurs fois par jour : comment je vais ? comment je me sens ? … Et un simple « ça va » n’est pas une réponse ! Il s’agit de prendre vraiment un temps pour l’autre, pour soi : de mettre des mots, de visualiser, de décrire, de ressentir ce qui se passe à l’intérieur de nous.

2- Les enfants, des éponges émotionnelles : un miroir de nos états d’âme

Autre point extrêmement important dans l’accompagnement et la compréhension des émotions de nos enfants, c’est d’avoir en tête que les enfants sont de véritables ÉPONGES ÉMOTIONNELLES. En effet, ils sont capables de fusionner avec l’énergie émotionnelle ambiante. Ne se dissociant pas toujours du monde extérieur qui les entourent, il y a donc un transfert émotionnel qui s’opère. Il est alors possible que les enfants expriment des émotions qui en réalité ne leur appartiennent pas. Ils sont alors un magique et puissant miroir de ce qui se passe chez nous l’adulte. Ce qui, si on en accepte la mission, nous permet de comprendre ce qui se joue en nous. Le point 1) évoqué ici prend alors tout son sens.

3- Décoder les messages cachés : aller au-delà de l’iceberg émotionnel

Mais parfois, c’est plus compliqué qu’il n’y paraît. En effet, on peut utiliser l’image de l’iceberg, où l’enfant exprime plus ou moins quelque chose, mais en fait, derrière ça, il y a tout autre chose et/ou de bien plus profond. Il sera alors nécessaire de décoder les messages cachés, d’aller plus loin que ce qui est là devant nous. Cela peut-être un problème autre, ou plus global, ou qui peut même être de l’ordre du transgénérationnel.

4- Réagir aux émotions de nos enfants : une exploration de l’inconscient parental

Enfin, il est aussi intéressant de se demander pourquoi certaines émotions de nos enfants nous font réagir plus que d’autres en tant que parent. Elles peuvent faire réagir l’adulte que nous sommes, mais également notre propre enfant intérieur, c’est-à-dire notre part inconsciente blessée. Y a-t-il des émotions que nous acceptons plus que d’autres ? A certains moments, dans certaines circonstances ? A vous de décrypter !

En conclusion

Vous l’aurez compris, avec moi, tout part de toi ! J’ai d’ailleurs beaucoup aimé l’ouvrage de Caroline JAMBON : « la co-éducation émotionnelle : s’élever en même temps que nos enfants », car elle évoque justement ce double cheminement nécessaire pour aller vers une relation harmonieuse avec ses enfants : s’accompagner soi, pour mieux accompagner ses enfants.

Alors, où en es-tu de ton côté concernant ton « alphabétisation » émotionnelle ?

Faire le point sur ce qui se passe en toi est justement au cœur de mes consultations.

Alors, à bientôt pour comprendre ce qui se joue chez toi et chez tes enfants !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *